Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Dec 01, 2017

Succès dans la lutte contre l’extrémisme : les forces spéciales britanniques ont pu retirer plus de 300 000 publications sur la toile.

Qu’est ce qui a été supprimé ?
Les vidéos, les commentaires et les commentaires de blog faisaient avant tout partie des mesures de propagande pour l’EI et d’autres groupes djihadistes, et cela comprenait aussi des vidéos d’exécution et des appels à la violence religieuse ou raciste.

Qui est à l’origine de tout cela ?

Au cours des six dernières années, la « Counter-Terrorism Internet Referral Unit » (CTIRU), une équipe antiterroriste de Scotland Yard, a effectué de nombreuses recherches sur Internet pour dénicher des contenus extrémistes, et a supprimé de la toile les personnes exploitant les réseaux sociaux comme Twitter, YouTube et Facebook pour publier des messages offensants. Plus de 43 15 auteurs de contenus indésirables ont déjà été retirés d’Internet depuis janvier de cette année. Et le public apprécie ces efforts.

Une goutte d’eau dans l’océan
Le chef de l’unité, le surintendant-détective Clarke Jarrett, a souligné que le chemin à parcourir était encore long. « Il s’agit de 300 000 messages qui ne permettront plus de radicaliser ou de blesser d’autres personnes. Ces 300 000 publications représentent toutefois une quantité infiniment faible car il y a encore beaucoup de contenus à trier ! »

Comment le contenu est-il détecté ?
Certaines grandes entreprises ont récemment publié, à l’aide de logiciels de pointe, leurs méthodes de lutte contre le terrorisme en ligne. YouTube, par exemple, repose sur l’intelligence artificielle. Son logiciel connaît un franc succès : environ 80 % des publications sont déjà mises hors ligne avant même d’être signalées. Le réseau social Facebook prétend également s’appuyer sur l’intelligence artificielle pour supprimer tous les contenus associés à des mouvements de terreur.

Pourtant, il nous reste encore beaucoup à faire !
Nous avons mis en place un document qui nous aide à repérer facilement les extrémistes en ligne. Grâce à une liste d’alerte établie à l’échelle de l’UE, les informations sur les extrémistes condamnés sont disponibles au grand public, ce qui permet d’assurer un niveau de transparence élevé et indispensable. Ce système permet de punir sévèrement l’incitation à la haine et au terrorisme.

Source : http://www.huffingtonpost.co.uk/entry/internet-firms-take-down-300000-items_uk_5a129db5e4b0e97dffee3fbd