VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique

Six actions que nous exigeons pour une Europe plus sûre.

Nous demandons aux hommes et femmes politiques européens que des mesures effectives suivantes soient prises contre les anarchistes d’extrême droite, les néo-nazis et les fondamentalistes islamiques :

Il n’existe pour l’heure, en Europe, aucune convention communautaire permettant de définir l’extrémisme. Or, seule une définition unique et claire contribuera à prendre des mesures juridiques communes et à combler les lacunes dont se servent les extrémistes. La mise en œuvre d’une telle mesure exige une définition juridique claire et homogène de l’extrémisme. Les droits fondamentaux de l’Union européenne, tels que la liberté d’expression, la liberté du culte, le droit à la dignité, de même que l’égalité entre les hommes, en constituent les fondements. Toutes les personnes venant à enfreindre ce cadre juridique ou soutenir l’extrémisme figureront sur cette liste noire. Une procédure juridique encadrera cette mesure.
Les administrations doivent renforcer leur coopération et échanger des informations. En effet, les administrations doivent être interconnectées à l’international, à l’image des extrémistes, pour pouvoir les combattre efficacement. Une mesure importante consiste en l’établissement d’une liste noire européenne commune sur laquelle figureraient des personnes et organisations se livrant à des activités à caractère extrémiste.
Exigence de communication et de transparence : les organisations suspectées d’activités extrémistes devront publier l’intégralité des sommes reçues supérieures à 100 000 euros par an et en définir la provenance. Cette mesure nous permettra de mettre un terme de manière efficace au financement de l’extrémisme et du terrorisme par des pays situés hors de l'Europe.
L’obligation de déclaration devra être élargie à tous les canaux d’informations et à tous les médias que possèdent ces organisations. Comptent parmi ces canaux les informations imprimées telles que les journaux, les brochures et les tracts, mais également les pages d’accueil et des réseaux sociaux comme Facebook. L’origine de ces informations et leur financement devront apparaître clairement.

De cette manière, nous déclarons la guerre aux informations fallacieuses et à la propagande extrémiste. Toutes les personnes ne respectant pas en temps et en heure les obligations qui sont les siennes et ne travaillant pas dans la transparence s’exposent à voir son nom figurer sur la liste noire européenne.
Les personnes ayant été victimes de l’extrémisme devront pouvoir prétendre à une indemnisation. Le principe de "renversement de la preuve" simplifiera la démarche des victimes devant les tribunaux et leur permettra d’y faire valoir leurs droits de manière simple et rapide. Outre une indemnisation pour préjudice causé par l’extrémisme, nous exigeons que des amendes sévères soient infligées à leurs adeptes : 20 millions d’euros, soit dix fois le montant dépensé pour les activités auxquelles ils se seront adonnés.
Un label européen - attribué par exemple à des associations religieuses modérées - contribuera à identifier clairement les entreprises et les organisations rejetant l’extrémisme et celles qui ont engagé des mesures visant à exclure toute forme de soutien à ce fléau. À l’inverse, il permettra aussi de savoir où réside un danger potentiel.