Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Dec 01, 2017

Ayaan Hirsi Ali sait de quoi elle parle quand elle critique l’Islamisme car elle y a tout juste survécu.

Manqué d’un cheveu. C’était l’un des premiers événements marquants du djihadisme en Europe. Le réalisateur néerlandais Theo van Gogh a été poignardé ouvertement dans la rue par un musulman radical à Amsterdam en 2004. La police l’a trouvé avec un couteau dans la poitrine, tenant une note. La note indiquait: “Ayaan Hirsi Ali, politicienne et collègue de son équipe”. C’était un avertissement. Elle pouvait être la prochaine. À l’étranger

Hirsi Ali a ensuite été envoyée vivre ailleurs par le gouvernement néerlandais, pour sa propre protection. En 2006, après plusieurs problèmes avec les autorités d’immigration néerlandaises et le refus de sa citoyenneté en raison de fausses informations dans sa demande d’asile, elle a finalement décidé de quitter le pays pour les États-Unis.

Activiste des droits des femmes et critique de l’Islam

Une fois là-bas, Ali se consacre de plus en plus aux droits des femmes et des droits de l’homme ainsi qu’à la lutte contre les mutilations génitales féminines. Elle critique souvent l’Islam *comme étant arriéré et répressif envers les* femmes. Elle a écrit plusieurs livres sur le sujet, y compris “Infidel“, qui est devenu un best-seller.

Les Da’wa de la fraternité musulmane

Ali ne mâche pas ses mots quand il s’agit d’exposer et de critiquer les méthodes de “Da’wa” (l’appel à l’islam), qui est alimenté par des organisations comme les Frères Musulmans. Elle se réfère souvent à sa propre éducation islamiste dans sa patrie, la Somalie, ainsi qu’à son engagement antérieur à l’Islam politique, fournissant des aperçus authentiques dans ce monde de répression.

L’intégration comme obligation

Hirsi Ali, qui se dit «ex-musulmane», n’hésite pas à promouvoir des positions controversées et à préconiser l’intégration. Entre autres, elle affirme: «Le multiculturalisme devrait signifier intégration tout en maintenant sa propre identité, mais cela ne veut rien dire. Quand les femmes sont enfermées et que les filles n’ont pas le droit d’aller à l’école, est-ce ce que l’on entend par là maintenir sa propre culture?

Sources: http://www.dw.com/de/vernunft-ist-wichtiger-als-religion/a-761583 http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/theo-van-gogh-holland-erschreckt-ueber-sich-selbst-1196761.html http://www.nytimes.com/2005/04/03/magazine/daughter-of-the-enlightenment.html

Image: Albert H. Teich / Shutterstock.com