Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Jan 31, 2018

La direction turque des affaires religieuses DIYANET, qui dépend directeur du Premier Ministre, a suggéré, dans une publication en ligne que les filles pouvaient se marier à partir deneuf ans. Après de vives protestations, cela a provoqué un vaste tollé.

Comment cela est-il possible ?

DIYANET créé un contenu religieux pour éduquer le public sur le type de pratique religieuse souhaitée par le gouvernement. Dans un lexique en ligne, sous le terme « puberté », une déclaration scandaleuse prétend que les garçons peuvent se marier dès l’âge de 12 ans et les filles à partir de 9 ans car elles pourraient avoir un enfant dès cet âge.

Quelle est la situation légale ?

La plateforme « Bento » a effectué des recherches : « Jusqu’à aujourd’hui, l’âge minimum pour le mariage en Turquie est fixé à 17 ans, et à 16 ans dans certains cas exceptionnels. Les jeunes ont besoin du consentement d’un parent ou d’un représentant légal. Ils ne peuvent se marier en toute liberté qu’à partir de l’âge de 18 ans ». La Turquie est (pour l’instant) une république laïque mais l’AKP islamique essaie constamment d’étendre les droits religieux à grande échelle. Le Président Erdogan est connu pour les droits qu’il octroie en nombre croissant aux fractions conservatrices.

Comment la DIYANET est-elle justifiée ?

Après un premier silence radio et une étrange tentative de défendre la proposition très controversée, l’autorité a dû faire machine arrière et s’engage pour l’âge légal actuel de 17 ans. Pour certains détracteurs, ces corrections restent malgré tout insignifiantes. L’AKP a été associé pendant trop longtemps aux partisans au mariage des mineurs.

Des connexions avec l’Allemagne

La DIYANETégalement présente et active en Europe est représentée en Allemagne par une branche influente, l’union turco-islamique de l’institut pour la religion (« DITIB »). Avec plus de 970 mosquées exploitées sous l’autorité, il s’agit de la première organisation islamique en Allemagne. Elle exploite un centre de formation officiel pour les imams, directement financé par Ankara. La plupart d’entre eux diffusent et prônent des messages très conservateurs. Dans le passé, les imams DITIB ont été fortement critiqués pour leur position extrémiste et leurs avis antisémites !

STOP EXTREMISM peut aider à améliorer la situation

Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur ces types de violence et de haine. Nous ne pouvons plus laisser ces prêcheurs extrémistes empoisonner les cerveaux de toutes une génération. Nous ne pouvons plus financier par nous-mêmes notre déclin, avec l’argent des contribuables. Ces développements doivent cesser - si VOUS décidez d’agir et le voulez ! Merci de signer notre pétition dès aujourd’hui pour éradiquer le financement de l’extrémisme par l’étranger !

Image : Pixabay/www_slon_pics
Sources : http://bit.ly/2m5VNfp
http://bit.ly/2D41ZMN
http://bit.ly/2EqeIZK