Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Dec 19, 2017

Lafarge-Holcim, un grand producteur de ciment de Suisse, aurait payé l'EI en Syrie. Et maintenant, il y a plus. Entre autre, le groupe est accusé d'avoir acheté des matières premières à la milice islamiste.

Un scandale de grande envergure

Parmi les territoires contestés dans la guerre civile syrienne, le groupe a exploité une cimenterie, et pour fonctionner pendant les violences de 2013 et 2014, l'argent de protection a été dirigé vers l'État Islamique. L'usine de Jalabyia, à 50 kilomètres au nord-est d'Alep, est au centre de l'enquête: Pour l'accès libre et le départ des transports de charge à travers les lignes de front, le péage EI est nécessaire - et le géant du ciment a rapidement payé.

Sous le feu

Le scandale qui a suivi (rapporté par les principaux médias européens) a eu des conséquences internes: La tête de l'usine de Jalabyia a dû démissionner, de même que le PDG d'alors, Eric Olsen. Et le gros problème était que Lafarge-Holcim s'était «retiré de la Syrie trop tard», a déclaré le président Beat Hess du journal français Le Figaro.

Justice tardive

Puisque les produits tels que le pétrole ont été achetés directement à l'EI - une violation des sanctions internationales - les dirigeants de Lafarge-Holcim sont criminellement fautifs. Certaines organisations des droits de l'homme ont intenté une action en justice contre d'anciens employés de l'entreprise. En novembre 2017, le parquet a perquisitionné les bureaux parisiens et présenté trois ex-directeurs au magistrat, tous trois libérés sous certaines conditions. En plus de la réputation ruinée, l'affaire a également coûté au groupe de l'argent: LaFarge a perdu 150 millions d'euros lorsque l'usine syrienne a finalement été abandonnée en 2014, soit environ un tiers du bénéfice annuel. Les experts et les observateurs du procès prévoient un large éventail de sanctions possibles s'ils sont reconnus coupables. Si l'on peut prouver que les employés sont complices de crimes contre l'humanité, ils risquent de 6 ans à la prison à vie.

Image source: byrev/Pixabay

Sources: http://www.lefigaro.fr/societes/2017/12/03/20005-20171203ARTFIG00175-beat-hess-il-y-a-eu-des-erreurs-inacceptables-que-lafargeholcim-regrette-et-condamne.php

https://derstandard.at/2000068981439/LafargeHolcim-raeumt-schwere-Fehler-in-Syrien-ein

https://www.aargauerzeitung.ch/wirtschaft/welche-folgen-haben-lafarges-handel-mit-der-terrororganisation-isis-131278172