Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Jan 31, 2018

Reichsburger, salafistes, extrémistes de droit et de gauche : Ils ont tous le potentiel de se développer, d’après les autorités de la sécurité allemandes.

Une tendance à la hausse

Comme l’a indiqué le journal Tagesspiegel dans son article du 8 janvier 2018, le nombre d’adhérents aux organisations d’extrême droite et salafistes ne cesse d’augmenter. Le nombre d’extrémistes de droite est passé de près de 1 000 l’an passé à plus de 24 000 partisans cette année. Les partis d’extrême gauche connaissent une hausse tout aussi inquiétante d’au moins 800 personnes.

Une tendance à la violence

Une problématique très complexe : La poussée du militantisme et la tendance à l’utilisation de la violence s’infiltrent désormais dans tous les cercles mentionnés ci-dessus. Avec plus de 8 000 personnes en 2017, le nombre de fanatiques violents d’extrême gauche a augmenté de près de six pourcent. Les bagarres et les chaos organisés dans le cadre du sommet du G20 dans le centre-ville d’Hambourg ont favorisé la mobilisation des partisans de l’extrême gauche, ont expliqué les experts en sécurité.

Les partis d’extrême droite se rétrécissent

D’après le Tagesspiegel, les parties d’extrême droite perdent en importance malgré la progression de leur image. « Cela s’explique notamment par les pertes du NPD, qui a malgré tout survécu en 2017. La deuxième interdiction a occasionné une réduction à moins de 500 membres », a ajouté le journal. Les quelques centaines de membres formant le mini-parti « Pro Germany » a été dissout en novembre.

La poussée des salafistes

L’un des développements les plus alarmants reste, malgré, tout la progression des cercles prônant le salafisme, notamment auprès des jeunes. En 2014, on comptait encore 700 personnes adhérant à cette idéologie radicale. En décembre 2017, le président de BfV - Hans-Georg Maaßen, a annoncé l’existence de 10 800 salafistes. Cela représente une croissance de 1 443 % en seulement trois ans.

Que pouvons-nous faire face à cette situation ?

Lahaine perpétrée par des partisans extrémistes et violents est difficile à évaluer avec précision. Mais soyez sûrs d’une chose, l’état de droit persistera : STOP EXTREMISM a défini une directive européenne exigeant que les autorités prennent plus de mesures efficaces contre les criminels violents. Une liste d’alerte établie à l’échelle européenne permet de suivre les émeutiers condamnés avant qu’ils ruinent toutes nos villes. A vous d’agir et de signer la pétition dès maintenant !

Image : Pixabay / Tama66
Source : http://bit.ly/2CSU2N0