Sécurité approuvée par

Initiative enregistrée par

VOTRE SIGNATURE CONTRIBUE A STOPPER L’EXTRÉMISME EN EUROPE

Rejoignez l'Initiative citoyenne européenne:

  • Pour des mesures performantes contre le terrorisme
  • Pour la protection efficace des mineurs
  • Pour une Europe plus pacifique
Nov 22, 2017

« secondwife.com » compte 35 000 utilisateurs en Grande-Bretagne. Ce site recherche des secondes épouses.
Un site Internet très efficace sur la polygamie, permettant aux musulmans de rechercher facilement une deuxième épouse à la maison, déclenche une vague d’indignation.

Où est la morale ?
Pour « secondwife.com », le fait d’avoir une deuxième femme est très honorable : c’est mieux que d’avoir une liaison hors mariage. Le fondateur Azad Chaiwal citoyen britannique âgé de 34 ans, n’est pas seulement sur un terrain dangereux d’un point de vue moral : la polygamie est illégale en Grande-Bretagne, passible d’une peine de sept ans d’emprisonnement, et la loi épargne explicitement les mariages multiples pouvant exister dans d’autres pays.

Et qu’en est-il de sa situation ?
L’expert en marketing, très qualifié, ne semble pas se soucier des circonstances légales. Il prévoit même d’utiliser la plateforme pour se trouver au moins une deuxième épouse. Sa femme actuelle peut avoir des problèmes avec cette conception, car même les femmes du Prophète Mahomet ont fini par se montrer jalouses.
Le nombre d’utilisateurs ne cesse de progresser
Pour Chaiwala, le succès de la plateforme parle de lui-même : on compte 35 000 utilisateurs en Grande-Bretagne et plus de 100 000 dans le monde entier. Il insiste sur le fait qu’il ne commet aucun crime en exploitant le site : « C’est mon mariage. Je n’ai besoin d’aucun papier pour cela. C’est illégal d’aimer ? » Il utilise des versets du Coran, qui sont placés bien en vue sur le site, en guise de justification : « tu peux épouser une femme de ton choix, deux ou trois ou quatre, mais si tu crains de ne pas être capable de les traiter justement, alors tu dois n’en choisir qu’une seule. »

Les critiques sont vives
Le site rencontre une vive résistance de la part des féministes et des militants des droits de l’homme.
L’exploitant accumulerait les profits en faisant la promotion de relations inappropriées.
Jess Phillips, un député travailliste faisant partie du « Comité des Femmes et l’Egalité » de la Chambre britannique des Communes, appelle à une interdiction de la plateforme, car ce site traite les femmes comme des « produits ». Les gens ne peuvent pas être regroupés comme des objets décoratifs.

D’après la directive européenne proposée par STOP EXTREMISM, l’exploitation d’un tel site serait un acte extrémiste, car il appelle implicitement à ne pas respecter la loi et porte atteinte à la dignité des femmes. L’exploitant pourrait avoir à payer des amendes très onéreuses.
Sources : http://www.dailymail.co.uk/news/article-3649193/Controversial-Muslim-entrepreneur-creates-dating-site-help-men-second-wife-close-35-000-British-members.html
https://www.merkur.de/welt/umstrittene-partnervermittlung-fuer-muslime-zweitfrau-per-mausklick-8802714.html
https://www.thesun.co.uk/news/4761386/polygamy-site-muslim-second-wife-polyamory/